Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2014

Ô joies de l'allaitement

Je commence seulement à m'habituer aux réflexions culpabilisantes et régulières sur mes choix (en tant que maman/parents)
Sur l'allaitement j'en vois passer aussi de pas mal.

Entre les femmes qui ne veulent pas, ne peuvent pas, ont des ennuis de santé, arrêtent, abandonnent.. et quoiqu'on fasse c'est jamais de la bonne façon/la bonne idée/le bon choix.
Un ami nous disait il y a peu de temps qu'il ne comprenait pas tout ce raffut là-dessus, on est des mammifères tout simplement. On est donc un peu fait pour ça et c'est le monde dans lequel on vit qui n'est plus du tout adapté.
Et puis "on fait ce qu'on peut pas ce qu'on veut" aussi mais il y a de mon point de vue un gros problème de transmission et d'apprentissage. Et de temps..
Les femmes entre elles sont d'abord très connasses et jalouses avant d'être solidaires.
Le vrais bons conseils et encouragements bienveillants sont des perles rares.
Et puis aussi la durée du congé mat n'est pas du tout adaptée à être relax vis à vis de ça. Même si on va pas cracher dans la soupe de ce qu'on a déjà. Mais bon il devrait être franchement mieux personnalisé selon ce qu'on veut vraiment pour ses enfants (c'est très utopique je sais)

Allaiter demande beaucoup d'énergie.
Il faut accepter de partager son corps.
Accepter une autre transformation après la grossesse.
Accepter (du coup) une autre relation avec son mec.

S'adapter au fur et à mesure.

Bien sur à force le petit n'a d'yeux que pour moi, mais surtout quand il est avec la famille ou des amis, en revanche (et depuis qu'il a passé 3 mois) il est fasciné par son père (même quand ils ne jouent pas ensemble)
Preuve que l'allaitement exclusif n'empêche pas la relation avec le père.

Et puis j'ai plus besoin de lui comme coach, partenaire, binôme.. plutôt qu'il fasse ce que je fais pour dire de faire moitié moitié.
L'égalité ne veut pas forcément dire que l'homme doit faire exactement ce que la femme fait.
Ses "super maman je t'aime" marmonnés avant qu'il ne se rendorme quand je me lève plusieurs fois la nuit me font du bien.
Les petits plats qu'il me fait tous les jours, midi et soir + la vaisselle + les courses aussi.. TOUS les jours.
On est une équipe avec chacun un rôle qu'on a choisi mais qui s'est aussi imposé à nous

(mais moi j'en branle pas beaucoup il faut avouer)

Enfin du coup, et après ces premiers mois difficiles, l’équilibre qui s'installe nous soulage et nous rend la vie franchement plus sympathique.

Pour ce qui est du cul, j'ai arrêté de culpabiliser (l'allaitement abaisserai vraiment la libido) (un truc hormonal) pour essayer de trouver ce qui pourrait nous contenter tous les deux, mais autrement.
Puisqu'il est hors de question que je me force à faire quoique ce soit (en gros je me sens comme coupée en deux : mes seins pour mon fils, ma chatte pour mon mec) (franchement c'était moins compliqué quand j'étais enceinte)
Donc oui : je n'ai pas envie de baiser en ce moment !
Enfin bref, on a trouvé un compromis rigolo, en attendant que le petit commence à manger des purées (et que je récupère mon corps pour moi toute seule) un jeu pervers où on s'amuse avec mon homme sur des scénarios plus ou moins salaces et où, au final, tout le monde est content et y trouve son compte
(et se découvre aussi carrément)

Du coup je veux mon congé parental. D'abord parce qu'il est encore fragile et qu'on nous a déconseillé les crèches (où on n'a d'ailleurs pas de place de toute façon)
Et que travailler et dépenser tout (ou quasi) mon salaire pour payer une nounou j'ai pas envie.
Je ne veux pas rater ses premiers mois.. (comme aussi on aura que lui finalement)
Et être présente pour le stimuler et lui donner confiance en lui pour que lorsqu'il ira à l'école la différence entre son âge corrigé et sa date de naissance ne fassent plus qu'un.

C'est clair que dans notre histoire l'allaitement rattrape le temps perdu à l’hôpital (et la séparation) mais j'en avait aussi de toute façon beaucoup envie, même avant de tomber enceinte.

En fait je découvre que j'aime être une maman.

Mais pas que(ue) ..

Commentaires

Sérieux les femmes sont des connasses avant d'être solidaires? J'en reviens pas. Quelques unes sûrement mais la plupart voir la totalité de tes amies sont au top non?

Et oui pas que(eue) :-))))

Écrit par : Mummy Active | 28/02/2014

ah mais je parlais pas de mes amies :p (vous vous êtes géniales depuis le début et même avant d'ailleurs) ;)

Écrit par : Charl' | 28/02/2014

Ah... ça fait plaisir de lire tout ça! Laisser les choses prendre leur place elles-mêmes... et on ne regrette jamais les choix que l'on fait pour son enfant. En tous cas, moi, jamais je n'ai rien regretté une seule seconde!
Content de voir que l'allaitement a pris tranquilement sa place!

Écrit par : sdf...de luxe! | 02/03/2014

merci :)
ça a pris son temps mais quand la tempête est passée on est quand même bien contents !
^^

Écrit par : Charl' | 05/03/2014

Les commentaires sont fermés.