Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2014

Voir le mâle partout

À propos de tout ce flan autour de Rémi Gaillard (ouai même dans le buzz je suis vintage) j'ai pas tout bien saisi.
Alors effectivement sa vidéo était limite. Provoc. Maladroite. Enfin surtout hyper puérile.
D'une grande misère sexuelle (enfin la misère qu'il donne à voir dans son sketch) et qui fait pitié.
Mais bon de la à y voir une agression sur gonzesse ?
Vu qu'il n'y a pas agression vraiment (qu'il ne les touche même pas) et ne se sert que de leur image et d'un stratagème de mise en perspective pour faire le fanfaron (sans compter qu'elles étaient ok pour passer ensuite sur youtube) (mais admettons qu'elles aient signé sans avoir connaissance du vrai message craignos). Genre le slogan (Free sex), celui-là qui accuse encore plus le côté pathétique du mec obligé de faire semblant, comme s'il avait peur de toucher des femmes en vrai (enfin pas Rémi Gaillard mais ce mec pathétique qu'il joue)
Ça m'a fait penser aux blagues quand on était au collège.
À toutes ses montées d'hormones refoulées. À cette violence pré-pubère. La peur. Des autres de soi. Ton corps change. La période où on est très con et hyper premier degré.
Ça me fait penser aux blagues débiles que certains mecs dans la cour de récré faisaient aux filles, genre soulever leurs jupes pour que tout le monde voit leurs culottes.
Parce que c'est un peu ça le Rémi en question, un mec qui fait des blagues tout le temps. Un ado encore un peu. Qui s'adresse à d'autres encore ado dans l'âme comme lui. Dans des délires pipi-caca graveleux (ou de sexe d'hyper mauvais goût, surtout dans ce cas-là)
Bien sur que j'ai pas trouvé ça ni drôle ni fin et encore plus venant d'un mec de son âge.
Mais bon ça reste une vidéo débile.
Et il va pas forcer les filles dans la vraie vie quoi (enfin j’espère pas pour lui)

Donc entre un mec qui s'éclate dans une fiction avec deux trois potes (et quelques milliers de clics) (parce que merci internet) et un autre qui ne respecte pas du tout les femmes dans la vraie vie, qui organise délibérément des tournantes ou qui viole sans empathie et avec préméditation des gonzesses en se disant que c'est elles qui le cherchent de toute façon et qu'il n'y est pour rien y a quand même une sacrée marge.
Sans compter que ces mêmes gars qui se donnent toutes les excuses pour se permettre n'importe quoi dans la rue ou violer frapper tout ce qui bouge (ou pour laisser faire) ne vont pas attendre une vidéo du Gaillard pour se dire tiens demain je sais pas quoi foutre je vais faire pareil.

Donc mettre ça dans la culture du viol, ça reviendrait à tenir le même discours que les réacs sur par exemple les jeux vidéos violents qui seraient responsables de la violence de certaines personnes.
Alors qu'on sait bien que ce n'est pas la télé ou les jeux qui hypnotisent les gens pour qu'ils deviennent des criminels (au pire ça influence ceux qui allaient passer à l'acte de toute façon)
Mais peut être qu'on n'a pas tous la même tolérance dans la définition..
Et puis j'ai eu l'impression qu'il y avait confusion dans les mots.
Que la culture du viol au départ c'était pas la culture du viol dans le domaine de la culture mais que c'était la négation des VRAIES victimes de viol au sein d'une société.
Que c'était culturel dans le sens culture = histoire (société) des hommes et pas dans le sens culture = créations artistiques (parce que si c'est pas là le seul endroit où on peut dépasser des limites et transgresser justement) (et entrer dans le jeu de la censure là on toucherait le fond)
Donc se tromper de médium c'est quand même un peu se tromper de combat ?
Ou encore une fois c'est peut être juste une sémantique différente dans la définition.

La culture du viol s’appuie sur des centaines d'années dans l'histoire d'un pays où culturellement on accepte l'excuse que les hommes violent parce que se sont des hommes et qu'ils savent pas dire non à leur pénis.
C'est aussi un gouvernement (ou une société complète) qui ne met rien en œuvre ni pour les décourager ni pour faire de la pédagogie ni pour sauver ou rendre justice aux victimes.
Par exemple c'est dans les mots sexistes ou misogynes d'hommes (ou de femmes) politiques.
Dans l'absence de lois supposées protéger les victimes.
Ou bien dans aucun moyens mis en place, ou structures policières ou associatives pour dire que le viol c'est un crime et qu'il n'y a aucune pédagogie pour expliquer qu'il n'y a pas un type de femme qui cherche la merde plus qu'une autre.

Mais aussi nous-même dans l'espace public quand on n’intervient pas auprès d'une femme en difficulté (c'est d'actualité en plus) D'ailleurs on ne se dit pas souvent que c'est pas nos affaires et que peut être elle doit le mériter parce que peut être elle l'a (même un tout petit peu) cherché.
On entretient nous-même tous les jours ces mentalités.

Même au sein du couple.
Ne serait-ce que (je prends cet exemple puisque ultra concernée en ce moment) de devoir baiser après l'accouchement. Genre la pression générale (et féminine), t'es pas une bonne fille si tu délaisse ton mec (c'est ça d'ailleurs ou il te trompera) donc clairement on n'en n'a pas forcément envie tout de suite avec ces hormones en vrac (la fatigue et tout le reste) mais il faudrait écarter les jambes pour sauver son couple ?
Perso j'assume avoir dit à mon homme qu'on allait devoir faire une pause, point (alors il a pas dit oui en sautant de joie et en lançant des pâquerettes en slibard dans tout l'appart hein mais il a eu assez d'empathie et d'intelligence pour prendre son mâle en patience)
(enfin parenthèse personnelle mise à part)
Je reviens pas sur le fait que oui ça fait quand même chier de voir ce genre de blagues de mauvais gouts sur le web.
Ça énerve aussi ces pubs, vidéos ou magasines qui ne s'engagent pas à changer les mentalités bien sûr, et qui enfoncent le clou parce qu'ils estiment que c'est pas leur rôle de faire du social (eux ils font du business) (et les clichés ça fonctionnent bien dans le business)

Alors c'est qu'on en a tellement partout de lourds à se coltiner tous les jours en vrai dans la rue que le Rémi qui passait par là au mauvais moment avec ses conneries à deux balles a servi d'exemple, de bouc émissaire. Ça aussi je comprends bien.

Mais aller, honnêtement, c'était pas le plus méritant aux jets de pierres.

Et puis aussi il y a cet effet pervers de la capitale qui fait que les parisiennes en ont ras-le-cul.
À Paris on est hyper sollicitée. Tout le temps. Ça dérape même souvent. Les mots (insultes) les gestes. Régulièrement c'est vrai.
Dans le métro (j'en ai plusieurs d'anecdotes moi aussi)
Et on s'en rend vite compte quand on change de ville ou de pays.
Par exemple quand je suis arrivée à Lyon il n'y avait presque plus rien de tout ça (enfin ça dépend du quartier de l'heure.. évidemment, comme partout) pas de jeux de regards, pas de drague (ou alors tellement subtile qu'une fois sur deux on passe à côté) j'ai eu l'impression d'être la femme invisible tellement on me foutait la paix.
J'en ai fait une dépression.

(non je déconne)

Donc je comprends le ras-le-bol général.
Moi aussi j'en ai ras-le-bol.
Marre de toujours devoir rabâcher la même chose.
Même vis à vis de mon blog.
Assumer ma réputation.
Et cette image renvoyée de moi-même qui ne se reflète pas pareil pour tout le monde.
L'effet de communication tronquée, genre les hommes viennent de mars les femmes de vénus toussa.
J'en ai même un qui m'a demandé un jour pourquoi je n'avais pas pensé à me faire payer.
Mais voilà je l'ai pas traité de débile ou crié au scandale, c'était pas du tout un misogyne en plus (au contraire même) juste un gros benêt maladroit.
Parce que un mec c'est ça aussi, c'est fait de cette ambivalence, même le plus gentil qui se bat contre cette fatalité des rôles mère/pute et d'une libido masculine souvent en perpétuelle frustration aura toujours des réflexions débiles ou des fois très humiliantes.

Mais vous en connaissez vous des gens (hommes femme confondus d'ailleurs) qui ont assez d'empathie pour se mettre JUSTE à la place des autres et comprendre où il y a un problème.
Et pas que pour le féminisme (le handicap par ex) (les roux) (les gros) (les toqués compulsifs)
Et qui n'a jamais été maladroit par ignorance ?
Moi non hein.

En revanche j'estime qu'être écoutée quand on explique qu'une limite est franchie sans avoir forcément besoin de s'insurger ou de faire valser les insultes et quand l'autre comprend sa maladresse alors c'est là qu'une bataille est gagnée.
Alors évidement je dis pas de se faire chier avec des vrais connards hein (de toute façon ceux là n'écouteront jamais rien)
Mais en tant que féministe on n'a justement pas le droit de les mettre tous dans le même sac.. La faiblesse n'est pas un crime. La maladresse non plus.
Ça soulage peut être nos hormones sur le moment mais ça ne fait pas réaliser à tous les hommes ce qu'on est vraiment en tant que femme (et pas ce qu'ils aimeraient eux qu'on soit) (ou ce qu'ils pensent avoir interprété ou compris de nous)
Et c'est pas en lynchant un Rémi qu'on va changer la mentalité de tous les autres, des pires. Lui c'est juste un clown.

D'ailleurs je voudrais bien savoir le nombre de mecs qui n'ont pas rit devant sa vidéo (sans s'en vanter nulle part)
Et combien lui auraient dit : oh mon pote là t'abuse grave mec ?
(hein combien ?)

C'est aussi des centaines d'années d'hormones et de nature humaine derrière lesquelles on se débat comme Don Quichotte avec ses moulins à vent.
Ce n'est pas qu'une fatalité culturelle.
Alors on doit se battre pour l'égalité des sexe oui mais en acceptant nos différences.

Moi aussi des fois je rêve d'un retour général et mondial des bonnes manières.
Comme dans le temps quoi (même avec toute l'hypocrisie que ça implique)
Mais on aurait à faire qu'à des gentlemen.
Courtois et polis.
Pour qui ce serait très TRÈS malvenu d'être insistants.
Insultants.
Violents.
Un monde sans que les mecs soient dépendants toutes les 5 minutes de leur testostérone.

Ahh c'est clair que ça nous ferait de ces putains de vacances !

(encore que je suis sûre qu'il y aurait des meufs qui détesteraient parce qu'elles n'auraient plus personne pour les flatter ou leur prouver qu'elles sont belles)(ou que ce serait plus assez viril)

Mais franchement même si on arrivait à imposer ce genre de société, à coup de loi, de procès systématiques.. Est-ce qu'on est bien certaines que ça ferait baisser les agressions, les viols, les humiliations. Moi perso je crois pas, sans être complètement pessimiste, et puis ce serait comme avec la prostitution. Quand c'est caché c'est bien plus pervers et dangereux.

On vit dans un monde injuste et misogyne. Et violent. Pas chez les bisounours.
On reste encore dans ce schéma de la loi du plus fort dont les abus masculins font partie avec cette relation de pouvoir et de dominant/dominé.
Tout ne peut pas être indu au sexisme ou à la misogynie.
Et comme en plus on est très peu de femmes a avoir réellement du pouvoir (et donc a avoir les moyens de se défendre seule) on reste encore des espèces de proies plus ou moins faciles à abuser.. Et les lois (votées par plus d'hommes que de femmes) sont rarement à nos avantages, forcément.
Ou reportées ultérieurement
(un peu comme pour l'écologie) (ah ah)

Mais ce qui m'a le plus saoulé dans cette affaire ce sont les vannes entre meufs.
Plutôt que de discuter justement pour faire avancer ce bordel et de comprendre les avis de tout le monde. La tolérance de chacune.
On est toutes différentes.
Donc interdit de subtilités quoi, comme après la guerre ?
T'as couché avec l'Allemand, avec l'ennemi, on cherchera pas à quel point tu as pu tomber amoureuse en vrai, ou souffrir ou être seule ou quelque soit ton excuse tu seras tondue, lynchée comme les autres, point.
Y a deux camps opposés, blanc ou noir.
En plus c'est ça la solidarité féminine (sur twitter) ?
Directement l'hystérie collective.
Ça traite de connes celles qui ne suivent pas le troupeau.
C'est direct des insultes ou des on va la frapper.. (mais comme entre meufs on peut)

On peut donc pas faire mieux que ça pour débattre sur un truc qui fait polémique.

Déjà s'écouter.

Dans le féminisme en plus on n'est pas à armes égales alors on ne peut pas demander à toutes les femmes de l'être (une mère de famille célibataire n'aura pas le temps de s’investir ou de partir au front avec les Femen par ex en laissant ses gosses tout seuls derrière) (ou juste une autre qui ne supporterai plus de violence à son encontre ou n'oserai pas se mettre en avant ou juste n'aurai plus la force de se battre)
Alors que chacune devrait pouvoir utiliser ses armes et avoir sa place. Même les plus contradictoires d'entre nous d'ailleurs. Parce qu'on a toutes des contradictions en nous. Parce que c'est humain.

Et parce que le féminisme devrait être un refuge pour tous. Et pas un espèce de club élitiste et dogmatique. Ou qui porte des jugements hâtifs.

Enfin bref.

La dernière fois que j'ai appelé le 17 parce qu'une gonzesse se faisait fracasser la tronche juste en dessous de ma fenêtre, on m'a rappelé après l'interpellation des flics pour me dire que c'était une pute qui s'était fait ramasse par son mac et que c'était une perte de temps pour la police, qu'elle avait choisi son métier vous comprenez madame.. y a des choses plus grave, il y a des vraies victimes ailleurs
(pratiquement mot pour mot)


Voilà pour moi ça, ça fait partie de la culture du viol.


Bjc8OOSCAAIfuGF.jpg

18:18 Publié dans buzz | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Pour répondre ta question: oui ca existe un pays où les hommes se comportent comme des gentlemens, sont courtois et ne font JAMAIS de remarque sur la facon où tu es habillée. Aux USA, c'est comme ca. C'est un peu déroutant au début mais c'est super agréable (et puis de temps en temps, tu as droit à un compliment sans arrière pensée)
Et non, il n'y a pas moins de viols ici, c'est comme dans tous les pays. Les mecs sont carrément moins relous au boulot, super courtois, (ils ont peur de se prendre un procès pour harcelement), mais il y a quand même beaucoup de violences.

Écrit par : Claire | 05/05/2014

c'est marrant j'aurai plutôt dit le Canada pour la courtoisie, comme quoi on a de vilains stéréotypes dans la tête ^^

Mais c'est vrai, la peur du procès aux fesses peut avoir de l'effet..

Écrit par : Charl' | 05/05/2014

Les commentaires sont fermés.