Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2015

Maternage proximal intense

Depuis des mois je me bats contre mes intuitions, l'avis des pédiatres et l'avis des autres.
Faites pas comme ci faites pas comme ça.
(cette façon d'infantiliser les mamans pour mieux les culpabiliser derrière)

Il y a quelques jours j'ai envoyé chier tout le monde (dans ma tête)

Je pensais qu'être à l'écoute de tous ces conseils ferait de moi une bonne mère.
Ça me fout plus la pression qu'autre chose.
Et la moitié ne sont pas du tout adaptés à mon fils (et à moi)
En plus tout le monde se focalise toujours sur ce qu'il ne faut surtout pas faire.
En revanche une vraie discussion qui donne de l'inspiration pour trouver des solutions, c'est vraiment rare (puisque tout le monde veut avoir raison) (ou comme ça a marché sur leurs gosses forcément ça fonctionnera sur le tient) (grossière erreur)
Et pour les longues conversations, mes copines sont tellement loin..

Dire que d'habitude je me fiche royalement des conventions.

J'ai donc décidé de faire la nounou à plein temps pour mon fils jusqu'à son entrée à l'école.
Même si financièrement ce n'est pas la meilleure idée de l'année.
Mais je veux m'en occuper.

On me demande souvent : et vous dans tous ça ?
(comme si j'avais expulsé un alien et que maintenant il fallait que je le mette obligatoirement à la crèche pour pouvoir enfin reprendre ma vie en main)
J'ai fait de chouettes études, eu une super carrière à Paris (certes encore inachevée), des tas d'amis irremplaçables, d'amants chevronnés et des histoires abracadabrantes..
Alors est-ce que c'est si difficile à comprendre qu'à presque 40 ans j'ai juste envie de me poser un peu et de profiter de mon bébé (qui grandit aussi vite que la vitesse de la lumière en plus)
J'aurai bien tout le temps après pour m'occuper de la suite du reste de ma vie.

Alors bien sur si j'avais eu un taff terrible avant de tomber enceinte évidemment les choses se seraient passées autrement et je serais sans doute retournée bosser plus vite (mais il faut bien avouer que depuis que je suis à Lyon c'est la cata question boulot) (dans ma branche j'entends) (au point où j'ai failli me prendre un de ces abonnements sncf mensuel pour revenir chercher du travail à Paris)

Donc bon étape par étape
(et non je ne suis pas une vraie meuf, je ne sais pas faire bien plusieurs trucs en même temps) (désolée)

On me reproche de ne pas vouloir laisser partir mon fils, que je l'empêche d'être autonome.
Entre préjugés et fantasmes.
Parlons-en de son autonomie d'ailleurs, elle avait l'air d'aller plutôt pas mal la dernière fois où (à décathlon) (oui vachement sexy comme sortie je sais) il avait disparu en un quart de seconde en courant à l'autre bout du magasin avec son petit caddie.

Les enfants ont bien plus de ressources qu'on ne voudrait l'admettre.

Et puis je trouve que la mère prend toujours tout dans la tronche pendant que le père s'en sort miraculeusement avec les honneurs.

Enfin bref.

On ne pourra pas s'empêcher de merder quelque part à un moment ou à un autre de toute façon. Notre vrai rôle de parents c'est de s'en rendre compte et de savoir rattraper le coup.
S'excuser quand on merde.
Et tout faire pour arranger les choses ensuite.

Être juste bienveillant..

À se foutre trop la pression pour être une mère parfaite (et pire, parfaite aux yeux des autres) (au détriment du réel besoin de ses enfants) (j'en connais) et entrer dans le moule c'est la meilleure façon pour finir par péter un câble.
Chaque enfant est différent en prime. Ont des sensibilités différentes.
D'un enfant à l'autre ou au sein d'une même famille.
Alors bien faire, mal faire.
Ça devient tellement relatif à la fin.

Maintenant j'essaie de me simplifier la vie.

De toute façon j'ai vite trouvé mes limites depuis 16 mois.
Comme mon manque de sommeil par exemple, c'est LA priorité à régler avant tout le reste.
Il a dormi une fois (UNE SEULE FOIS)(bordel)(de 22h à 5h du mat), c'était le mois dernier, sinon il se réveille toutes les 2/3h en moyenne. Et comme il est toujours allaité c'est moi qui m'y colle à chaque fois.

Donc bon je fais déjà au mieux pour ne pas me transformer en harpie quand j'ai accumulé des non-nuits.


(sinon je raconterai le périple allaitement la prochaine fois) (en détail)


(95D)

 

 

gifs_give_bouncing_boobs_some_extra_oomph_11.gif