Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2015

J'aimerai pour 2016

Revoir dans le miroir celle qui fonçait tête baissée (quitte à faire de mauvais choix)
Celle qui n'avait peur de rien.
Ni de personne.
Celle qui avait réussi à cacher ses souffrances à l'autre bout de la planète pour qu'elles ne l'empêchent pas d'avancer.

Retrouver cette sensation d'avoir toute la vie devant soi.
Surement je n'ai pas accompli tout ce que je devrais.
Peut être aussi que c'est ça la crise de la quarantaine.

Je donne toute (absolument toute) mon énergie pour mon fils, pour être certaine qu'au moins je ne raterai pas ça (aussi)

Mon bilan de cette année finalise le bilan de 5 années où je me suis perdue quelque part, mais pas au bon endroit.

Évidemment je suis également la tornade qui blesse tous ceux qui sont trop proches de moi. Et j'en suis vraiment sincèrement désolée.

J'aimerai avoir passé plus de temps avec toi Jen.
Te donner du temps, Ka (et à Masha aussi)
Faire plus de virées avec vous Sista, Lydia, Sasa.
Me balader sur la plage avec toi et ton fils, In (et Béli et Laet) (j'ai encore ton xylophone Fisher-Price putain)
Papoter avec toi Elise.
Bavasser aussi avec toi Aurélie.
Rencontrer Manue.
Faire le tour des pubs de Londres avec toi Nath.
Refaire des soirées avec vous Sarah et Thierry.
Amaury, Marie.
So. Hervé.
Antho.
Mel.
Bao.
Younouss.
Charles.
Jean.
Dom évidemment.

Et revoir tous les autres que j'ai oublié, désolée.

Mon esprit continue d’errer dans les rues de Paris.
Pourtant je ne déteste plus Lyon. Au contraire. Il y a une multitude de choses qui me feront regretter de le quitter.
Mais je ne sais pas pourquoi je suis liée à Paris comme ça.
Peut être mes souvenirs d'enfance tenaces.
Cette promesse que je m'étais faite là-bas chez mon oncle et ma tante rue duc dans le 18e quand j'avais 7 ou 8 ans.
Quand je serais grande je vivrai ici.
Ici c'est chez moi.

Paris c'était mon rêve.
Ado je montais jusqu'à la bute par les escaliers du métro Lamarck, je longeais pour passer exprès devant la Fémis et la grille Pathé cinéma qui me faisait fantasmer.
Je me tapais tous les escaliers jusqu'en haut, et j'allais me réfugier dans le mini parc du musée Dalì.
M’asseoir sur le banc et contempler, entre les feuilles des arbres (qui cachent un peu trop la vue), quelques bouts de la capitale.

Au final, je me suis beaucoup plus attachée au 11e et 10e quand je suis venue m'installer enfin.
De Goncourt à Bastille.
Saint-Maur.
Belleville.
Voltaire.
La roquette.

C'est surement ridicule de se figer à ce point sur un rêve d'enfance.
Mais à vrai dire je n'ai pas d'autres rêves aussi forts que celui-là.

J'en suis au point de préférer dépenser tout mon salaire dans des allers-retour SNCF pour bosser là-bas (avec un taff dans ma branche j'aimerai autant) (ou au moins avec une bonne équipe)
Je ne me le souhaite pas pour 2016 forcément.
Mais je me souhaite beaucoup d’énergie et d'optimisme (et de vraies nuits pour me remettre de deux ans sans dormir) et travailler à rentrer au bercail.

Je n'oublie pas mon mec ni mon fils.
Mais mon mec a sa vie ici, sa famille, ses amis.
Mon fils aura eu 3 ans non stop avec sa maman. Je le laisserai quand il saura parler plus ou moins correctement et quand il saura aller aux chiottes tout seul.

Et je sais que les deux voudront clairement une femme et une mère épanouie moins présente plutôt qu'une pauvre aigrie qui traine dans leurs pattes tous les soirs sans but dans le salon à se plaindre éternellement sur son sort.

Je ne veux pas de moi comme ça non plus.

Aller je me donne deux ans.

 

teaser-star-wars-the-force-awakens-8-gifs-4.gif

 

Commentaires

Tu as donné tant pour lui et tu as raison. C'est une parenthèse tellement importante. Son entrée à l'école va changer plein de trucs. Tu seras plus libre, tu auras le temps de te retrouver....
Pas facile d'être maman ( et surtout épouse) et garder son moi....

Écrit par : Mummy Active | 03/01/2016

Voilà je regrette pas, je trouve ça important les 3 premières années, quand ils ne comprennent pas encore ce qui se passe, j'aurai vraiment regretté d'avoir manqué tout ça..
Je me suis vachement perdue moi.
C'est pas facile oui...

(bon nous on se chope quand je viens à Paris ! ;) )

Écrit par : Charl' | 04/01/2016

je te souhaite de te retrouver et de t'épanouir!
Je crois que quand on a attendu pour avoir un enfant, on a vraiment envie d'en profiter. C'est ce que je vis. En même temps je ne veux pas perdre mon moi, mes aspirations. Dur d'être une femme!

En tout cas, c'est un plaisir de te lire Ainsi que Mummy Active!

Écrit par : Mu | 06/01/2016

oui dur d'être une femme ^^ ;) merci

Écrit par : Charl' | 06/02/2016

Tu sais... on ne se perd pas quand on vit à fond son présent. Même si on peut le craindre, en avoir l'impression...
L'avenir, quelle que soit notre situation, se trouve toujours devant nous! Et le présent avec de précieux trésors à apprécier pleinement. L'un ne vient pas sans l'autre!
Réapprends à t'aimer, à aimer chaque instant que la vie te donne, (je sais, moins facile à vivre qu'à écrire! ;-) ) et tu te construiras l'avenir qui te plairas. Tu as déjà fait le plus dur!!!

Écrit par : sdf...de luxe! | 21/01/2016

arf le manque de sommeil m'a transformée en ours :D
contente d'avoir de tes nouvelles.. j'ai trop honte de ne plus avoir le temps de lire ton blog.. on devrait être potes sur FB depuis le temps ;)
des bises

Écrit par : Charl' | 06/02/2016

Des poutous du sud ;)

Écrit par : Monsieur Z | 19/03/2016

han toi ici !!! merde j'étais plus revenue depuis des lustres (je pense bien à toi hein) des bisous du presque sud :D

Écrit par : Charl' | 07/05/2016

Les commentaires sont fermés.