Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2013

Pour le changement, ce sera avec Christiane


Christiane Taubira : le mariage pour tous sera... par PartiSocialiste

23:35 Publié dans à Paris | Tags : mariage pour tous | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2013

La ballade des gens heureux

Mariagepourtous_1.jpg

Mariagepourtous_2.jpg

Mariagepourtous_3.jpg

Mariagepourtous_4.jpg

Mariagepourtous_5.jpg

Mariagepourtous_6.jpg

Mariagepourtous_7.jpg

Mariagepourtous_8.jpg

Mariagepourtous_9.jpg

Mariagepourtous_10.jpg

Mariagepourtous_11.jpg

Mariagepourtous_12.jpg

23/01/2013

Aller les filles, on pète un coup (ça ira mieux après)

J’avais mal dormi et mal commencé la journée.
Le jour d’avant j’étais au Pôle emploi avec ma conseillère (qui en passant est adorable) qui me disait clairement ses inquiétudes.
Et le fait que ça ne venait pas de mon cv si aucun employeur ne répondait plus.

Je note néanmoins qu’on doit, nous, leur envoyer des lettres de motivations remplies de mots de bienséances et de remerciements et autres délicatesses et qu’en retour, eux, se permettent l’impolitesse de ne pas nous tenir au courant, ou de ne pas nous répondre tout court.
Normal.

J’avais eu un bon contact dans une boite il y a quelques mois, en m’y déplaçant deux fois, en discutant, laissant mon cv là-bas. Puis en en renvoyant un par mail.
Resté sans réponse.
Je me suis re-déplacé là-bas, le gars m’a dit d’insister parce que j’étais parfaitement qualifiée, au deuxième mail envoyé (resté lui aussi sans réponse) je me suis dit qu’ils étaient absolument pas sérieux dans cette boite.

Et que je me taperai pas (encore) une équipe à moitié foireuse.

Rien à foutre de la crise. On peut pas tout accepter sous pretexte que c'est la merde. Faut résister !

D’ailleurs dans mon ancienne boite, la pdg a pété un câble et a viré (forcé à démissionner plutôt) tout le reste de l’équipe qui posait problème, mon boss manipulateur narcissique, monsieur parfait, et la nana qui m’a remplacée (embrigadée malgré elle dans leurs conneries)

Quel gâchis…

Du coup, pour m’évader de cette inertie de recherche d’emploi, j’ai rejoint Sista en presqu’île histoire de faire les soldes, un peu, et de participer à l’opé blogesque Kusmi Tea.

kusmi_6.jpg


Opé efficace et girly.
Basé sur le bien être avec manucure à même le magasin, douceurs Gü pour les gourmandes et dégustation de thé (évidemment)
Aucun mec (blogeur, je parle pas du vendeur) pour relever le taux d’hormones (et je peux pas croire que les mecs n’aiment pas le thé)
Donc rien de très rock’n’roll.
Encore moins concernant les blogeuses lyonnaises qui rivalisent et gagnent largement en pétasserie que les Parisiennes.
Mais haut la main même.

En fait non pire, je pense que si elles le pouvaient elles se baiseraient elles-mêmes…

La seule avec qui j’ai croisé un regard bienveillant et plein de curiosité envers ses congénères parlait anglais… Peut-être lyonnaise d’adoption comme moi je ne saurais jamais, je n’ai pas pu lui parler (c’est la splendide asiat sur la photo)

kusmi_1.png

kusmi_2.png


J’ai pas vécu ça à Paris, Sista ne m’en voudra pas si je dis d’elle qu’elle a le cœur parisien, et cet esprit solidaire, typique aux filles intelligentes.
Tout comme je crois que Virginie a le même esprit (première impression) (moi aussi j’adore le chocolat au fait) et les autres timides qui auraient éventuellement du potentiel (du moins j’espère)

Parce que c’est surtout ça le but des opé, pas (que) de se faire de la thune avec des articles rémunérés, ou de partir les bras chargés de cadeaux (comme si on était un ultra VIP) mais bien de faire perdurer dans la vraie vie l’esprit des blogs du départ, de la liberté d’expression, de la COMMUNICATION, et des amitiés profondes qui en découlent.

Il n’y aurait donc que deux vraies femmes blogeuses made in Lyon, des meufs des vraies, des qu’il faut connaître et avec qui vous regretterez jamais de passer un peu de temps ? (genre Sasa et Sista) Alors où sont passées les autres lyonnaises qui rugissent de verve et de bonheur ?

(plus une nouvellement lyonnaise comme moi) (dont je ne sais pas si elle veut de la pub) (on se voit la semaine prochaine d’ailleurs pour du tricotage) (et je ramène la bouteille) (pas du thé stp)


Bon et puis aussi, j’ai été pourrie gâtée (encore merci ma sista)

derby_aniel.jpg

16/01/2013

Faites des enfants qu’ils disaient

C’est pas que ce mois-ci j’ai complètement oublié l’arrivée de mes règles mais presque.
J’ovulais le premier de l’année, pile poil.
Et là mise à part des seins énormes qui font mal tellement ils se gonflent d’hormones (enfin comme d’hab quoi) j’ai pas senti que ça arrivait car il n’y a eu aucune douleur.
Rien.

C’est très déstabilisant parce que le moindre changement dans mes habitudes mensuelles me donne le fol espoir que ça y est enfin c’est fait.

Et puis non.

Des fois je me dis qu’on doit forcément s’y prendre mal.
Trop ou pas assez.

Pourtant on a baisé deux fois par jour pendant une semaine pendant l’ovulation, histoire d’être bien sûre de tomber dedans.

Alors bon on a raison d’être déçus quand arrive le résultat
(un peu comme à la nouvelle star quand ils se revoient sur scène à l’écran le lendemain et qu’ils se rendent compte à quel point ils étaient faux)
Donc non c’était pas bon.
Pas bon du tout.

Heureusement qu’avoir envie de baiser n’est pas nécessairement lié à l’envie de se reproduire hein.
Sinon je ferais bien une pause là maintenant.
Pour la reproduction.

Parce que ça devient trop technique pour moi.

position.jpg

15/01/2013

Once upon a time

Alors autant la semaine dernière j’étais ouverte au débat, au compromis.
Au principe fraternel d’écoute et de compréhension d’un avis différent du mien.

Aujourd’hui j’hésite entre des claques dans la gueule et l’envie de pleurer.
Et il n’est plus question d’inventer un sous mariage gay.
Le mariage pour tous !
Point barre.

Je suis outrée par ce que j’ai vu dimanche.
Entendu.

J’ai comme une honte qui est montée d’un coup vis-à-vis de ces hommes et ces femmes bien comme il faut.
Qui se sentent tellement normaux.

Leur amour de Dieu qui a nourri leur haine des autres au lieu de l’inverse.

J’ai honte de ces chrétiens qui ont la nostalgie de l’ordre et de l’inquisition.
Honte d’une partie de la France qui préfère jeter un million d’euros par les fenêtres pas pour défendre un droit mais pour en interdire un fondamentalement égalitaire à d’autres.
Honte de ce sursaut religieux excusant la haine basse d’une peur infantile et immature de la différence.

Honte d’y avoir vu Simone Veil.
Grabataire ou non : sale traîtresse Simone !
Merde quoi !
T'as oublié ??
Les mêmes arguments grossiers, malveillants et poussiéreux dont on a affublé les femmes quand elles ont eu le droit de voter, d’être libérées financièrement de leurs maris, de travailler ou d’avorter !

Les mêmes excuses à deux balles !
Les mêmes craintes parfaitement infondées.

Simone putain mais merde t'y étais toi !

Et puis que la politique d’extrême droite soit présente, ok, normal. Au final ce sont bien les seuls à rester réellement égaux à eux-mêmes.
Mais l’Ump !???
Copé !?
C’est quoi leur but ? à part diviser les Français par des propos injurieux, racistes et homophobes sans même plus chercher à se cacher ou à se comporter comme des vrais hommes politiques c’est-à-dire en mesurant leurs mots ! En toute objectivité et humanité. Parce que c’est leur boulot ça !
Ils ne sont pas acteur belgo-russe ou musicien dans un groupe de punk à chien.
J’ai honte pour eux.

J’ai honte de voir l’église s’inviter à un débat laïc, civil, et prôner la haine et la différence.
J’ai honte pour ces gens qui estiment au nom d’un dogme pourrissant que tous les hommes ne sont pas libres et égaux en droit.

Avec aucun argument intelligent ou crédible, que des contre vérités et des fantasmes de chaos et d’apocalypse comme la plus vulgaire des sectes peut nous affubler avant de prédire sa fin du monde !

J’ai honte de la violence qu’ils envoient à la gueule des enfants d’homo et de famille monoparentale, et des adoptés, ceux-là même qu’ils prétendent vouloir défendre !

Et j’ai encore plus honte pour eux car ils sont français !
Qu'ils salissent notre devise !
Et se la sont mise dans le cul bien profond !

Bref.

Cette loi va passer.

Et je serais fière d’être née en France, je soutiendrais François Hollande (même s’il devenait un piètre président pour le reste au final) et le remercierais de nous avoir fait avancer, ÉVOLUER, au moins sur ce point.

Et si un jour l’UMP décadente revenait et se faisait le malin plaisir de supprimer les droits élémentaires durement acquis (et que la France a promis à TOUS ses concitoyens) et bien moi je ne partirai pas, oh non.

Je résisterai !

(et je ne serai pas seule)


L'ÉGALITÉ ! (pour tous) (bordel)


72196_10151363844339311_1279128375_n.jpg

19:07 Publié dans buzz | Lien permanent | Commentaires (6)

13/01/2013

(particulièrement aujourd'hui)

Image 1.png

09:37 Publié dans buzz | Tags : mariage pour tous | Lien permanent | Commentaires (0)

12/01/2013

sweet saturday night

Les dimanches sont un peu tristes en hiver sans aucune brocante à l’horizon du printemps.
Demain j’irai pour la première fois aux puces du canal.
Et puis on partira au calme à la campagne chez ma belle famille.

Ce matin un homme est venu chercher le sapin que j’avais mis sur le bon coin pour le replanter.
Ça m’a rendue triste de ne pas avoir pu le replanter moi-même dans le jardin que je n’ai pas.

Le monde est si petit par ici que la moitié des filles postulants pour la même annonce se connaissent.
Ça pourrait être drôle ou de bonne guerre.
Mais la crise enlève tout humour et surtout toute solidarité.

Ça se regarde en chiennes de faïence au lieu de se souhaiter : aller bonne chance, c’est la merde, mais je t’attends pour aller boire un verre après ton entretien.
Oui je sais faut pas rêver.
Mais ça me désole que les meufs préfèrent en écraser d’autres par facilité alors que l’on serait déjà bien plus riches si on oeuvrait vraiment ensemble
(d’autant plus quand on se connait bien)

Sinon je n’attends plus le job idéal depuis longtemps.

Mais je cherche toujours le boss loyal et digne de confiance.

Ou alors que peut être je devrais m’orienter vers un taff à domicile…

Quelqu’un m’a dit cette semaine qu’elle ne pouvait pas rester longtemps au chômage car elle devenait folle sans rien faire.
Je ne sais pas trop ce qu’elle entendait par rien faire.
Parce que de mon côté j’ai pas eu l’impression de m’être fait chier souvent.
Ou alors elle estime peut-être que la recherche d’emploi et la prospection ainsi que du boulot, des projets qui ne rapportent pas (encore beaucoup) et des formations officielles ou autodidactes ne sont pas du vrai travail.

Ou elle pense que ce ne sont que des vacances déguisées.

Enfin bon, chacun sa vision du chômage.
Mais c’est quand même difficile d’être serein quand on sait qu’on n’a pas de boulot.
Excepté si on a choisi de ne plus bosser et qu’on en a les moyens.
Ce sont des périodes d’excitation et de doute qui s’entre-mèlent.
Et si peu d’annonces publiées …

Bon j’avoue qu’entre deux cv et lettres de motivation, j’aime bien m’improviser décoratrice d’intérieur pour passer le temps (des loisirs)

(c’est plus enrichissant que de passer l’aspirateur) (enfin en même temps ça c’est mon homme qui le fait)

 

hall_vintage.jpg

09/01/2013

Two of the kind

On a commencé mon homme et moi tout ce que je déteste et que je m’étais promis de ne jamais faire : du sport en couple.

Je n’avais pas remis mes baskets depuis… (au moins) 2 ans (aie)
Donc recourir comme ça à froid c’était hors de question.

Alors on a opté pour la gym direct sur internet.

Si…

(c’est pire je sais) (mais je retrouve mon cul d’enfer !)

Oh un revenant

08/01/2013

L’égalité pour tous

On était tranquille en famille au restau.
Entre le choix du vin.
Les critiques habituelles de chaises trop dures.
Des plats qui arrivent trop tièdes.

La France râleuse quoi.

Et puis je sais pas comment c’est arrivé mais la discussion a viré sur le mariage pour tous.
Pas longtemps en fait.
Le "de toute façon ce sont des dégénérés" a clos le débat tout de suite.

C’était ni par la mamie, ni par les parents.
Non, des de notre âge.

C’est marrant ces gens qui estiment qu’ils sont supérieurs à d’autres.
C'est vraiment ça le problème de l’humanité.

Les musulmans et leurs mécréants.
Les juifs et leur idée du peuple élu.
Les cathos entre l’inquisition et la sur-évangélisation des peuples "indigènes".
Hitler et sa race supérieur…

Y en a d’autre hein (là je résume très grossièrement)

Je peux comprendre qu’on ne soit pas d’accord, à la limite.
Qu’on bloque sur le nom "mariage" par exemple, qu’on pourrait re-nommer l’union civile par compromis concernant le mariage civile donc et garder le mot mariage pour l’église.
Si c’est juste un problème sémantique (et philosophique)

Ensuite tout le monde a le doit de s’exprimer là-dessus évidemment.

En revanche la haine…
Quand je vois ces hystériques dans la rue qui jugent alors qu’ils ne devraient point juger, qui jettent la pierre alors qu’ils ne sont pas sensés jeter la première… et quand je les entends à ma table, dans la rue ou à la télé affirmer (histoire de pas passer pour des crétins surtout) ne pas être homophobes malgré leur rage de l’autre ça me fait quand même vachement rigoler.

Parce que sincèrement de quels droits ils peuvent décider eux de la vie d’autres êtres humains qui n’auraient pas le droit aux mêmes traitements qu’eux sous prétextes de la différence ou d’un autre système de pensée ?

Et puis est-ce qu’ils se sont regardés avant dans un miroir concernant l’héritage historique de la famille chrétienne lambda en France ?
Les incestes, les mariages consanguins pour l’argent, pour le patrimoine, les maîtresses, les enfants bâtards…

Fais ce que je dis pas ce que je fais.

Sans compter la réapparition du diable dans les discours ici et là.


En plus je pense que la laïcité (notre pays démocratique) leur laisse à tous, et pas qu’aux cathos, la liberté de culte. La liberté de penser. Ils ne sont pas (ou plus) persécutés… Donc cette manif contre le mariage pour tous c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité.

Parce que la laïcité elle, contrairement à la religion, admet tous les hommes libres et égaux.

Absolument tous…

(sortez un peu de la petite France et aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, dans certains pays je vous assure que vous allez être reçus)

Maintenant je voudrais bien les entendre un peu plus les cathos progressistes et humanistes (et les autres croyants) qui aiment eux, vraiment leurs prochains comme eux-mêmes.
Qui respectent simplement les autres, tels qu’ils sont.

Et ceux qui mettent l’amour comme véritable ciment du mariage.

Plutôt que la jalousie et la haine vulgaire et crasse de son voisin.

19:41 Publié dans buzz | Lien permanent | Commentaires (2)

06/01/2013

History repeating

04/01/2013

Les garçons ne naissent pas dans les choux

Il est arrivé après son taff.
Tard.
J’avais trop bu en l’attendant.
On a fumé un joint.
Et puis au final on n’avait plus faim.
Donc on n’a pas mangé.
J’étais guillerette.
Et chaude comme la braise.
Lui aussi.

Je lui ai fait la prise de la déesse amazone, empalée sur lui avec mon déhanché surentraîné de la mort qui tue.
Qui tue presque trop instantanément…
(même moi)

Je me suis relevée le lendemain,
à l’odeur du café alléché.
J’avais mis ma nuisette (celle qui ne cache absolument rien)

Il a préparé notre repas de réveillon ensuite.

Saint-jacques sur,
salade de mâche.
Gratin dégoulinant, épicé et onctueux.
Et la galette des rois en avance (du moins de la reine cette année)

Et puis une séance de fessée improvisée et qui a (mal) tourné nous a relancé, une fois bien repus, dans ce qu’on n’avait pas fini hier soir.
La danse d’un kamasutra de bas étage.
Sale.
Pleine de sueur et de bleus.

Sa queue à bloc.
Raide,
à fond,
bien décidée à faire justice elle-même.

Tellement que j’en voulais encore après et que j’ai continué seule sous la douche (pendant qu’il me regardait)

7 méga baises en trois jours,
on a décrété qu’on avait très bien (finit et) commencé l’année.

Et il en faut de l’énergie pour faire des bébés.

23:39 Publié dans Graou, libido | Lien permanent | Commentaires (2)

01/01/2013

(et) Bonne année !

culotte_du_jour_01_13.jpg

31/12/2012

Quelle aventure oui

C’est sans gêne que ma sœur m’a envoyé un mail magnifiquement culpabilisant (avec ses gosses en première loge) parce que je lui ai répondu qu’on ne passerait pas les prochaines vacances ensemble (sans entrer dans les détails bien évidemment)
Parce qu’elle aurait pu y penser avant de passer sa semaine de vacances de l’été dernier à insulter tout le monde et à se conduire comme une pétasse.
C’est comme si maintenant elle me donnait l’ordre de venir me faire maltraitée et que je devais encore la remercier.
Elle devient triste et pathétique en vieillissant.
Mais elle se retrouvera toute seule aux vacances prochaines. Comme une idiote. À se lamenter sur son sort. À trouver des gens pour la plaindre. Et à répandre son venin à qui aura encore le courage de l’écouter.

Pendant que mon homme et moi on sera loin dans un endroit qu’on aura choisit tous les deux. Avec un temps complet réservé à nous, nous et nous.
Dans une ambiance zen et bon enfant, sans aucune prise de tête
(et à faire des bébés) (plein)

D’ailleurs à ce propos, comme ce sera un peu une lune de miel cette année, il faut encore qu’on trouve l’endroit, le pays, du bonheur.
Il serait même éventuellement d’accord pour l’Islande (même s’il flippe un peu que je reparte, enfin reste, avec un bel Islandais viking)

(alors que ça pourrait très bien être lui qui reparte, enfin reste, avec un sosie de Björk)

Mais bon l’amour c’est aussi l’amour du risque…

J’aime donc en avance déjà énormément 2013.

Parce qu’il y a eu un temps pour souffrir.
Un autre (très très long) pour oublier.
Un pour réapprendre à aimer.
Et encore un pour accepter d’être aimée de nouveau.

Et puis depuis que les parents de mon ex ont dit à mon homme qu’ils le considéraient comme leur fils, comme ils me considéraient moi comme leur fille, l’ex n’a plus le même goût dans sa bouche (celle de mon futur mari) comme dans la mienne.
C’est comme une fusion de famille où il n’est plus question de reproches ou de jalousies. Peut-être pour ça que je les tiens toujours autant et aussi fort dans mon cœur.
Cette même complicité que son ex à lui garde avec sa mère (ma nouvelle belle mère donc).
On ne force pas les gens à s’apprécier comme on ne les force pas à se séparer.
Même Lucien (oui celui-là, faudra faire avec le changement de nom) est entré dans notre passé familial comme un vieux copain qui aurait dépassé la limite mais qu’on ne peut pas détester.

Bon je suis consciente qu’il y a encore des parties sombres et brisées qui ne pourront pas être réparées. Mais tant qu’elles ne restent que des détails, je pourrais vivre avec.

Les souvenirs s’estompent, ces choses qui semblaient plus que réelles et qui ont disparu.
Je revois constamment les ombres de certains.
Paris elle-même est devenue une ombre.
Un fantôme qui m’empêche parfois de m’encrer dans l’endroit où je suis maintenant.

Comme si je devais laisser une part de moi disparaître, alors que ce n’est pas négociable du tout.
C’est en moi.
Paris est en moi.
Lyon doit partager la place.

Et avec le temps toutes les douleurs passent (Samo avait raison), avec le temps elles se patinent même. Et deviennent comme des sculptures, comme celles que l’on voit au Louvres.
Emprisonnées dans la pierre ou le bronze.

Elles ne deviennent juste que belles à regarder.



Au top

chaine_des_alpes.jpg

mont_blanc.jpg

lyon.jpg

confluence.jpg

charl.jpg

30/12/2012

culture ordinaire

On a beau dire, que notre société donneuse de leçon vit encore sur les cendres de son colonialisme, on a beau critiquer notre vision laïque (et petite) quand on tente de comprendre les autres civilisations, les autres pays.
On a beau traiter les occidentaux comme de simples riches égoïstes.

On ne peut pas nier des réalités élémentaires et parfaitement universelles.

Genre, aucune femme au monde n’aime à être pelotée dans le bus par des inconnus frustrés et pas gênés ou être traitée comme un vulgaire objet sexuel.

Dans tout le monde entier.
Qu’importe la religion.
La tradition.
Ou le pouvoir en place.

Parce qu’on a tous en soi la volonté de vivre en homme libre.
Tous.

Et toutes

(sans exception)


un avant goût

galler_vin.jpg

29/12/2012

Dolce vita

Alors on remerciera les cousins parisiens de s’être mariés en douce à New York nous ouvrant ainsi plus que généreusement la voie à un mariage que l’on voulait en mini et simple comité.
Sans frasque et démesure financière inutile.
Sans critique des uns et des autres sur les robes, le bouquet ou le buffet.
Sans les énergies négatives ici et là, à devoir gérer.

On fera une belle fête à l’appart ensuite, on dira pas pourquoi,
on fera la surprise,
et ce sera parfait.

Ma mère a dû sermonner ma sœur pour qu’elle mette un petit mot sur facebook comme quoi elle avait bien reçu mon carton de cadeaux pour ses trois filles.
J’attends plus de merci depuis longtemps, encore moins de petites attentions de sa part, mais bon au moins un coucou fugace genre un sourire de ses filles.

C’est pas tant le fait de se faire chier à trouver un truc qui ferait plaisir ou de dépenser du fric.
C’est juste d’avoir fait l’effort juste un instant de penser un peu à un autre plutôt qu’à soi-même.
Juste une fois par an.
Mais elle est tellement obnubilée par sa misère que tout ça est trop demandé.

En attendant, elle est toujours la première à se plaindre de la vie trop chère. Qu’elle n’a jamais d’argent. Achète des chocolats ou des bonbons premiers prix dégueulasses que ses gosses laissent traîner après une seule bouchée.
Mais s’achète une maison cette année.
Comme si de rien n’était.

Je crois que certaines personnes ont une notion de leurs moyens (ou de la pauvreté) plus que relative…

Ça fait 18 mois maintenant qu’on essaie de s’agrandir avec mon homme.
Depuis peu, après l’amour, on finit nos ébats les jambes appuyées contre le mur tous les deux.
Il fait le poirier avec moi par solidarité.
On a eu un gros moment de découragement, il y a quelques mois, et puis au lieu de se focaliser sur ce qu’on n’a pas encore on s’est concentré sur nous et sur tout ce qu’on a déjà.

S’enfoncer dans l’accablement, l’insatisfaction ou la jalousie c’est très facile et ça va très vite.

Accepter la joie, le bonheur et le plaisir, ça s’apprend,
ça se travaille.
En tout cas, ça n’arrive jamais en claquant des doigts.

On n’est pas nécessairement responsable de son malheur, mais on a le choix de ne pas le laisser nous tuer à petit feu.

Par exemple je vais arrêter de me plaindre d’avoir grossi depuis avoir quitté Paris pour la capitale de la gastronomie. En ayant déjà commencé, et ce avant le début des bonnes résolutions, un entraînement intensif à coup d’une heure par jour de course à pieds, stretching et yoga.
Accompagnée par mon homme (qui s’est encore montré solidaire sur ce coup-là) (il est parfait)

(et parce qu’un régime ça… moi vivante jamais)

Bon, certes ce n’est pas très rock’n’roll.
Il n’y a rien de plus anti-sexy que de courir (comme une psychorigide qui compenserait un grave manque de sexe)

Mais par exemple je pense à mes futures petites culottes du jour… et je crois que ça vaut largement le compromis.

 

bukowsky.jpg


25/12/2012

The spirit of the noël (deuxième)

(ou on aurait mieux fait de rester avec mamie)

Même rituel chaque année dans la belle famille.
Quelques voisins en faisant partie. Parce que ma belle mère est un peu comme leur mère de substitution.
Ambiance petite bourgeoisie.

La voisine qui marque son entrée en la manquant de peu (presque sur les fesses donc) le fils qui la suit de près et qui ne sait déjà plus aligner une phrase correctement.

Il n’est même pas 20h.

La fille qui s’engueule avec la mère même pas encore assise dans le salon pour l’apéro parce que, entre deux bouteilles, elle n’a pas eu le temps d’aller lui chercher son cadeau.

Mon beau-père qui décide d’organiser un poker simplifié à peine le fromage entamé avec impossibilité de refuser.
Une mini dictature vite renversé par la majorité.
Ça n’était pas par mauvaise volonté, il voulait sûrement éviter que les gens se parlent et donc finissent par s’entre-tuer.
Finalement il est parti se coucher à 22h30 en grommelant.

Mais bon noël, c’est pour les enfants.
Et c’est la montagne de cadeaux attendue comme le messie.
Comme prévu le couple le plus confortable n’en a pas fait (même pas un pourri à 5 €, non rien) (et n’a en plus même pas eu l’élégance d’ouvrir les leurs au moins juste histoire d’avoir un retour)

Et c’est aussi ce couple en l’occurrence qui a insisté pour fêter noël "en famille". En fait dans ma belle famille, leur famille modèle, celle grâce à qui leur vie paraît moins merdique, et avec laquelle ils n’ont même pas été capable d’avoir un bref élan de générosité.

On est rentré avec mon homme sans avoir goûté à la bûche. Prétextant une grosse fatigue.

Le truc c’est qu’il faut y retourner aujourd’hui…

 

bougies.jpg


24/12/2012

Sainte mamie

On a suivi scrupuleusement la liste de cadeaux de noël qui traînait sur le web. Puisque c’était plus simple pour tout le monde.
Pour ma belle famille plus exactement.

Moi je me sens comme un robot qui fait tout ce qu’on lui demande.

On avait prévu de faire un aller-retour, il y a deux semaines, pour voir tous les miens sauf qu’à la dernière minute une méchante grippe en a décidé autrement.
Je n’en suis même pas triste.
Même pas déçue.

En réalité je ne ressens même rien du tout
(on mettra ça sur le dos du Père Noël)

Mais juste hier, quand on a été voir sa grand-mère, il y a eu ce moment où elle a parlé de la guerre.
Ce moment qui n’a pas duré une demi-heure, mais où je me suis sentie vraiment bien et au bon endroit.

Je ne peux pas dire qu’elle m’ait fait rêver en parlant de l’occupation. Mais c’était un beau cadeau, elle qui ne raconte pas ces choses-là d’habitude.

Dans ma tête, ça ressemble juste à un énième film vu à la télé. Elle, ce sont ses souvenirs.
Des souvenirs des bottes des Allemands qui faisaient beaucoup de bruits.
Leur façon de s’adresser à eux toujours en hurlant.
Sa maison occupée dans tous le rez-de-chaussée.
Le sergent en chef qui se lavait nu dans un  tonneau, dans leur cour (et comme il n’était pas question de sortir de la maison à ce moment-là pour ne surtout pas passer devant lui)
Les couvre-feux surprises en milieu d’après-midi où il fallait courir pour rentrer car les moyens de transport étaient eux aussi en arrêt surprise.

Et puis aussi la façon dont on lui cachait des armes dans sa robe… et le courage qu’elle masque en disant qu’elle ne savait pas vraiment ce qu’elle faisait.

Mais elle l’a fait (et pas qu’une fois)

Cette vieille mamie toute petite tout droit sortie d’un manga et qui m’avait dit quand son petit fils et moi on s’était remis ensemble qu’elle savait que je reviendrais à lui.
Qu’elle le savait depuis le début que ce serait avec moi qu’il se marierait.

Je ne l’ai jamais prise pour une petite vieille sénile, mais bon, son mysticisme m’a toujours mise un peu mal à l’aise.

En bref je crois bien que cette année l’esprit de noël, c’est elle.

 

cadeaux1.jpg


21/12/2012

éternel recommencement

Faudra que quelqu’un m’explique pourquoi le jour de la journée de l’orgasme tombe le jour de la fin du monde.
Mais bon.

Peut-être que trop d’orgasmes le même jour pourraient créer un tremblement de terre.

Enfin tout dépend des orgasmes bien entendu…